bandeau
enfant

Les droits de l'enfant vus par...
les acteurs associatifs




flecherose LE DROIT A VIVRE EN FAMILLE



"Le droit de l'enfant à vivre avec ses deux parents : c'est être au plus près de la vie


logo

La Convention internationale des droits de l'enfant soutient le droit de l'enfant à vivre en famille, si possible avec ses deux parents. La loi de 1998 de lutte contre les exclusions préconise d'éviter les séparations des membres de la famille.
Lire la contribution d'Aire de Famille



"La notion d'intérêt de l'enfant doit être appréhendée en relation avec sa famille et la communauté dont il est membre"


logo

Le Mouvement Atd Quart Monde accorde une importance toute particulière à l'article 9 qui affirme les liens inaliénables entre l'enfant et sa famille, même dans les situations où, pour « l'intérêt supérieur de l'enfant », un éloignement ou une séparation s'avère nécessaire.
Lire la contribution d'ATD Quart Monde



"Un enfant a toutes les chances de pouvoir se construire ou se reconstruire s'il se sent aimé et s'il peut aimer en retour"


logo

La Convention internationale des droits de l'enfant affirme dans son préambule que « l'enfant, pour l'épanouissement harmonieux de sa personnalité, doit grandir dans le milieu familial, dans un climat de bonheur, d'amour et de compréhension ».
Lire la contribution de SOS Villages d'enfant



flecherose LE DROIT A ETRE PROTEGE


logo

"L'enfant doit être protégés de toute forme de maltraitance exercée par les adultes qui ont autorité sur lui"


Les objectifs de l'Afirem sont en concordance avec l'article 19 de la CIDE. En effet, il est surprenant de constater que contrairement aux actes de violence exercés entre adultes qui ont toujours été sanctionnés dans toutes les sociétés, les violences à l'égard des enfants, exercées par les adultes eux-mêmes, qu'ils aient ou non autorité sur l'enfant, étaient soit niées, soit tolérées.
Lire la contribution de l'AFIREM



flecherose LE DROIT AU BIEN ETRE



"Faire connaître et reconnaître la situation des orphelins en France"


logo

Les enfants qui vivent le drame de la perte d’un parent sont confrontés à un bouleversement de leur vie. Ils sont 800 000 jeunes de moins de 25 ans en France à connaître cette situation soit en moyenne un enfant par classe.
Lire la contribution de la Fondation OCIRP




flecherose LE DROIT A L'EDUCATION ET A L'INSTRUCTION


"Les enfants handicapés doivent pouvoir bénéficier, comme les autres enfants, de ce droit fondamental et pouvoir accéder aux lieux d'éducation en particulier à l'école"


logo

Porté par les parents et les familles de son mouvement depuis plus de 50 ans, l'Unapei défend ce droit fondamental et universel qu'est le droit à l'éducation. Il a d'ailleurs pour corollaires d'autres droits essentiels tels que l'accès à l'autonomie, à l'expression de ses idées et à la prise de décision, l'accès à la citoyenneté, l'accès à la formation, à la préparation à l'emploi et à la vie professionnelle.
Lire la contribution de l'Unapei



"Le principe républicain du droit à l'éducation et de l'obligation scolaire eest aujourd'hui régulièrement bafoué pour les enfants étrangers et, en particulier, pour les enfants roms de Roumanie"


logo

En France, tous les enfants âgés de 3 à 18 ans ont strictement les mêmes droits à l'instruction, quelle que soit leurs situations (difficultés, maladies ou handicaps éventuels) ou celle de leurs parents (sans domicile, précarité, nationalité étrangère, régularité ou non du séjour en France...). En effet, le principe républicain du droit à l'éducation et de l'obligation scolaire est instauré, en France, depuis la Loi Jules Ferry de 1882. Or, celui-ci est aujourd'hui régulièrement bafoué pour les enfants étrangers et, en particulier, pour les enfants roms de Roumanie.
Lire la contribution de Hors la rue




flecherose LE DROIT A LA LIBERTE D'OPINION ET D'EXPRESSION


"Fixer comme limite à être entendu et reconnu, par la seule capacité de discernement, c'est dénier la réalité de l'expressivité chez TOUT enfant"


logo

L'article 12 de la CIDE pose la question de la reconnaissance de l'enfant par l'adulte dans sa capacité à s'exprimer et à être pris au sérieux. Mais cette expression "capable de discernement" est source de multiples enjeux et de confusions
Lire la contribution de l'Afpssu




flecherose LE DROIT A DEMANDER L'ASILE


"Le droit d'asile des mineurs non accompagnés ne fait pas encore l'objet d'une mise en ouvre harmonisée et conforme aux engagements des Etats au regard du droit international et européen"


logo

Aujourd'hui, des enfants âgés de moins de dix-huit ans sans représentant légal à leurs côtés sont présents dans les 27 États membres. On les appelle "mineurs isolés étrangers", "enfants séparés" ou "mineurs non accompagnés". Certains de ces jeunes ont fui des conflits et persécutions dont ils étaient victimes dans leur pays d'origine, et entrent donc dans le cadre du droit d'asile consacré par la Convention de Genève de 1951 et par la Convention internationale des droits de l'enfant en son article 22.
Lire la contribution de France Terre d'Asile



flecherose LE DROIT AU SOUTIEN FAMILIAL OU DE LA COMMUNAUTE


"Renforcer les communautés locales pour en faire des acteurs de la protection des droits de l'enfant"


logo

epuis plus de 20 ans, Tostan travaille dans le domaine de l'éducation de base pour adultes et adolescents en Afrique. En créant une atmosphère de confiance dans les communautésles conditions d'une réflexion et d'une remise en question des normes sociales à l'origine de pratiques traditionnelles néfastes.
Lire la contribution de Tostan France



Retrouvez très bientôt de nouvelles contributions pour promouvoir les droits de l'enfant...